Argenina, tu ne me deçois pas!

Vendredi 16 Septembre
Mes yeux sont encore brillants et ma bouche pâteuse de la tequila bue la veille lorsque je dis à Marion : “On part ce soir pour le nord, même si on est pas frais.” De fait, nous avons comaté toute la journée du vendredi, mais à 20h30 sur le pied de guerre, nous montons dans le car direction Salta. Cités d’or, ¡Ya voy!
Lendemain matin 7h, nous voila arrivé dans les provinces du Nord Ouest Argentin. Nous allons pauser nos affaires à l’auberge et partons à la découverte de Salta. La ville est tout à fait jolie, les musées tout à fait ennuyeux. Ce sont vielles pierres sur vieux cailloux. Un constat s’offre a nous, nous sommes déjà samedi, demain, Salta sera ville morte. Location de voiture est donc décidée et concrétisée. L’objectif de la mission : Faire une boucle de 2 jours en voitures pour aller vers les villages indigènes retirés du monde (mais pas du capitalisme croyez moi). L’itinéraire est le suivant Salta – Cachi – Molinos -Angustaca – Cafayate (une nuit là bas) – La Viña – Salta. Tous ça en passant par les vallées Calchacies.Cf carte tracé au sud de Salta
argentine    salta2
Bref un trajet super attrayant. Plein d’entrain et espiègle de découvrir ces contrés sauvages, nous partons dès 7h30 le samedi matin. Fangio guide mes mains sur le volant, la route commence belle, sinueuse, mais agréable. Tout bascule lorsque la route se transforme en piste caillouteuse plutôt cahoteuse. Un constat s’impose, bitume tu ne reviendras jamais plus. Nous roulons donc au milieu de nul part dans des vallées (quebrada) splendides. Le décor est féerique, les paysages infinis.
Après 70km de pistes, nous voila à Cachi, petit village très agréable au pied et même au genoux de la cordillère des Andes (2000 et qq metres). Apres le repas, direction Molinos et là l’horreur, la route avant, c’était du gâteau!!! l’ambiance c’est Paris-Dakar avec une Golf. RDV est pris avec Marion pour que nous faisions le Paris-Dakar en 2015, on a le temps de se préparer.
50km plus loin, Molinos, sans intérêt. Et enfin, pas mal de km plus loin, Cafayate, ville douce et agreable comme toute cette region.
Le lendemain matin, au taquet!!! A 9h nous sommes au ruines de Quilmes, village indien qui a résisté pendant des dizaines d’années à l’envahisseur Espagnol, mais sans potion magique. Alors un jour ils sont tombés, ont tous été déportés près de Buenos Aires, et maintenant il n’en reste plus un. Oui c’est pathétique!! Mais l’honneur est sauf puisque la bière nationale Argentine porte le nom de cette valeureuse cité : “Quilmes“.
Par la suite, musée de la Patchamama, la déesse de la terre. Vu l’état de la terre ici (aride et inhospitalière) il serait bon qu’ils mettent les bouchés double sur la prière!!
Dans la foulée, retour dans la quebrada direction Salta, je passe les détails et je vous invite à regarder les photos dans qq jours, j’ai bon espoir de les mettre en ligne.
Nuit a Salta puis direction Jujuy (prononcer Rourouy, – sans faire le pigeon – mais en se raclant la gorge sur les J, autant dire super agréable). Ville cool mais moins que Salta. Hop, une petite journée de visite à Jujuy, puis décision est prise de partir le lendemain matin pour des villes du nord perdues dans les Andes. Ainsi, 7h25 du matin le soleil se levé sur Jujuy, Rémi et Marion partent prendre le bus direction Purmamarca et Humauaca. Purmamarca est connue pour sa montagne au 7 couleurs et c’est beau. Cependant le petit Andin n’est pas bête et sait entuber le touriste, cette ville est infestée de petits vendeurs d’artisanat qui vu les quantités écoulées doivent bien être industriel, ca gache un peu le village. Humauaca est connut pour sa beauté et son horloge Allemande de je ne sais plus quel siècle qui tout les jours nous montre, à midi pile, le jolie minoi de San Francisco!! Un grand moment croyez moi! (ironie là). Il est deja 14h quand nous quittons Humauaca direction Tilcara pour visiter d’autres ruines de village indien. On s’est posé pendant 1h au milieu des ruines à rien faire et c’était bien.
Retour Jujuy en bus moldave.
Le lendemain est consacré à la visite de Jujuy. Le soir nous décidons de nous trouver un buibui des plus glauque pour bouffer et on a mis la main sur des perles. Finalement on a bouffé dans un truc que l’on peut qualifier d’immonde, la tv crachait un film pourri où les dialogues ont été remplacés par des coups de feu, une vrai merveille. Il faut croire que l’on a aimé ca puisque le lendemain midi à nouveau buibui pourri avant de prendre le car pour Tucuman.
Nous sommes arrivé dans la soirée dans cette ville connut pour être le lieu ou l’indépendance de l’Argentine a été signée le 9 juillet 1816 et je pense que ça ne restera connut que pour ça d’ailleurs.
Bref sans transition, comme nous sommes des aventuriers, nous sommes partis pour Tafi del Vallée (2h30 de bus) ville connut pour son neant, tout ca au milieu des montagnes. Là on a passé 24h à pas faire grand chose comme tous les habitants de ce villages. Seule particularité, la personne qui tient l’auberge voue un culte à Bob Marley s’en est assez comique.
J’abrège ce billet pour dire que nous sommes rentré sur Córdoba après 9 jours de voyage bien remplis et des souvenirs plein la tête. En fait, il y a tant de chose à dire que je ne peux pas tout écrire ni vous le faire vivre, mais “lo que paso, paso” ce fut une semaine extraordinaire.

Photos soon…

Bises
Remi

This entry was posted in Argentine. Bookmark the permalink.

2 Responses to Argenina, tu ne me deçois pas!

  1. Erwan says:

    Vous êtes vivants c’est l’essentiel! Merci pour ton récit! Cela a l’air top d’avoir des "vacances"!

  2. Cedric says:

    Un jour, je ferai comme Rémi…

Comments are closed.