Flash back sur mon inscription à la fac.

En ecrivant le billet précedent, je n’ai pas pu m’empecher de penser au tramite que j’ai du effectuer pour m’inscrire à la fac de Cordoba (UNC pour les intimes). Flash Back sur un mois et demi de lutte contre le pouvoir Kripto-communiste de ma fac…(Rémi contre le système)

Tout commença le semestre passé lors de mon arrivée à la fac de Cordoba. Le responsable des étrangers me reçoit. Outre le fait de me dire que je parle mal espagnol (Le salopard !!), il me dit que pour l’inscription au cours il y a un  papier à remplir lorsque je les aurai choisi. Sur ces entrefaites, je le laisse. La fac s’étant prise d’une greve surprise, je ne lui remets le papier qu’un mois et demi plus tard. Puis j’attends tranquillement que ça se passe. (C’était sans compter sur la perversité du système argentin.)

argentine    asterix maison des fous

Un beau jour je reçois le mail d’une allemande de la fac disant qu’il y a quelques formalités administratives à remplir pour finaliser l’inscription (Surprise de votre dévoué serviteur). Surprise surtout de voir que le mail de « petites » formalités fait presque deux pages. (Ces allemands, ils n’ont pas le sens des proportions) Je vais donc voir le responsable des étrangers qui me dit :

-Lui : « Je m’occupe uniquement d’enregistrer les cours, le reste je ne suis pas au courant ! » (Ça sent le roussi à plein nez)

On me dit d’aller voir une certaine Teresa Rodriguez, au 1er. Apres recherche, je la débusque. Elle me dit que pour s’inscrire aux examens il faut faire un tramite (Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est arrêtez la lecture ici et lisez le billet précédent avant.). (Elle ne résonne qu’en tramite elle c’est horrible).

Bref, je me charge des deux pages de tramite et c’est parti….

1 – Acheter un papier qui coûte 2 pesos à la « banque de la nation argentine ». (Trop facile !!) Mais voilà, toutes ne vendent pas le papier, seulement une, et pas la plus proche. (Qu’à cela ne tienne, je suis frais comme un gardon !!!)

2 – Aller à l’AFIP (Genre sécu) avec ce papier. Remplir 40 formulaires (je suis un peu marseillais, deux en fait), attendre une heure. Voir une fille deux secondes et revenir dans 24H

3 – Acheter la « Libreta » C’est le petit carnet de note de l’étudiant en Fac. Et ça ne se vend pas à la fac mais dans une maison aux 400 diables. Dans la maison en question il y avait 2 argentins qui attendaient depuis 20mns car il n’y avait personne dans l’entrée. Ni une ni deux, marre d’attendre, je rentre dans les bureaux des honnêtes travailleurs.

- Moi : « C’est où pour acheter le bouquin à la con !!! »

2 mns plus tard je ressortais avec (J’ai honte de dire ça mais il ne bosse qu’à coup de pied au cul ces argentins !! Royaume du je m’en foutisme et rien foutage ici !!).

4 – Revenir à l’AFIP, il me donne un numéro de CUIL (Miracle en 10mns c’est réglé). Avec ce numero je dois retourner à la fac finir le tramite !!! (AFIP, Tramite, CUIL j’en peux plus des termes barbares)

5 – Retour à la fac. Remplissage de paperasse avec Teresa Rodriguez. Etape suivante, monter à la « Mesa de entrada » (Secrétariat) pour de la paperasse

6 – Mesa de entrada, paperasse, on me dit d’attendre une semaine, « tu n’as rien à faire, le dossier va avancer tout seul ». J’émets des doutes sur l’efficacité argentine (Je commençais à être bien énervé)  Elle vexé, me dit que tout marche bien et que « c’est comme ça en argentine » (Rappel moi que je suis étranger salope !!) (Vous verrez comme un mois plus tard elle faisait moins la fière)

7 – Retour à la mesa de entrada, pendant un mois elle me dit d’attendre une semaine de plus, pour faire avancer le truc je vais voir trois fois les prof qui doivfent signer le dossier pour le faire avancer. Bref 5 jours avant l’inscription définitive aux examens je fais un scandale dans le bureau, « qu’on se fout de ma gueule, depuis quand ça marche tout seul en argentine etc… » J’envoi un mail cinglant au responsable des étrangers ici. Celui-ci appel Teresa Rodriguez, (qui se fait savonner je pense).

8 – Je retourne à la fac, le responsable des échanges se dédouane, Teresa Rodriguez est hyper vexée. Teresa veut finir mon dossier mais il n’est pas là (Ça m’aurait étonné) Il est encore à la mesa de entrada. Le problème c’est que la mesa de entrada n’ouvre qu’à 16h et que Teresa fini à 16h. Re-scandale de ma part. Je fais ouvrir le bureau dans un vacarme de ouf. Problème, le dossier n’est même pas là (Il est où ce con !!!). Il est encore dans le bureau d’un prof. Re-scandale, on appel le prof, on fait ouvrir son bureau, je redescend avec le tout et repart 5mns plus tard avec une inscription en bonne et due forme.

Voilà mes bien chers frères à quoi ressemble l’administration argentine. Un sac d’emmerdes avec des personnes incompétentes incapables de la moindre rigueur. Le jugement est peut être sévère mais il se confirme chaque jour que je passe en argentine. Si tu ne fais pas le boulot des autres, ils ne le feront pas pour toi !!!

This entry was posted in Argentine. Bookmark the permalink.

One Response to Flash back sur mon inscription à la fac.

  1. Alexis says:

    Hahaha c’est pas que l’administration, c’est pareil de la maison a Techmin en passant par le kiosco. Bon courage.

Comments are closed.