Le Zoo de Córdoba

Lundi je suis allé au zoo de Córdoba. Et celui-ci n’échappe pas à la règle, il est pathétique. Des animaux tristes dans des enclos qui comptent plus de béton que de verdure. Un sort misérable qui réjouit les enfants et fait croire à l’homme qu’il est le plus fort. Ces pauvres bêtes sont nourries du popcorn des enfants malgré l’interdiction de leur jeter des victuailles. Bref tout ce pathétisme m’a fait penser au triste sort animal et à un poème d’Alfred de Vigny sur ce thème. Je vous laisse cette merveille littéraire dans la suite de ce billet…


Sachant bien qu’à deux pas, ne dormant qu’à demi,
Se couche dans ses murs l’homme, leur ennemi.
Le père était debout, et plus loin, contre un arbre,
Sa louve reposait comme celle de marbre
Qu’adorait les romains, et dont les flancs velus
Couvaient les demi-dieux Rémus et Romulus.
Le Loup vient et s’assied, les deux jambes dressées,
Par leurs ongles crochus dans le sable enfoncées.
Il s’est jugé perdu, puisqu’il était surpris,
Sa retraite coupée et tous ses chemins pris,
Alors il a saisi, dans sa gueule brûlante,
Du chien le plus hardi la gorge pantelante,
Et n’a pas desserré ses mâchoires de fer,
Malgré nos coups de feu, qui traversaient sa chair,
Et nos couteaux aigus qui, comme des tenailles,
Se croisaient en plongeant dans ses larges entrailles,
Jusqu’au dernier moment où le chien étranglé,
Mort longtemps avant lui, sous ses pieds a roulé.
Le Loup le quitte alors et puis il nous regarde.
Les couteaux lui restaient au flanc jusqu’à la garde,
Le clouaient au gazon tout baigné dans son sang;
Nos fusils l’entouraient en sinistre croissant.
Il nous regarde encore, ensuite il se recouche,
Tout en léchant le sang répandu sur sa bouche,
Et, sans daigner savoir comment il a péri,
Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un cri.

J’ai reposé mon front sur mon fusil sans poudre,
Me prenant à penser, et n’est pu me résoudre
A poursuivre sa Louve et ses fils qui, tous trois,
Avaient voulu l’attendre, et, comme je le crois,
Sans ses deux louveteaux, la belle et sombre veuve
Ne l’eut pas laissé seul subir la grande épreuve;
Mais son devoir était de les sauver, afin
De pouvoir leur apprendre à bien souffrir la faim,
A ne jamais entrer dans le pacte des villes,
Que l’homme a fait avec les animaux serviles
Qui chassent devant lui, pour avoir le coucher,
Les premiers possesseurs du bois et du rocher.

Hélas! ai-je pensé, malgré ce grand nom d’Hommes,
Que j’ai honte de nous , débiles que nous sommes!
Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
C’est vous qui le savez sublimes animaux.
A voir ce que l’on fut sur terre et ce qu’on laisse,
Seul le silence est grand; tout le reste est faiblesse.
– -Ah! je t’ai bien compris, sauvage voyageur,
Et ton dernier regard m’est allé jusqu’au coeur.
Il disait: « Si tu peux, fais que ton âme arrive,
A force de rester studieuse et pensive,
Jusqu’à ce haut degré de stoïque fierté
Où, naissant dans les bois, j’ai tout d’abord monté.
Gémir, pleurer prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le sort a voulu t’appeler,
Puis, après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »
Alfred de Vigny

This entry was posted in Argentine. Bookmark the permalink.

3 Responses to Le Zoo de Córdoba

  1. Christine says:

    Et j’ai lu ton poême jusqu’au bout!!!
    Merci de participer à l’élévation de notre niveau culturel.
    En tout cas, c’est un très beau poême. Tu l’as connu comment?

  2. Aucun commentaire Vincent? 😉

  3. François says:

    J’y suis allé aussi, et c’est vrai que le loup à trois pattes, ça donne un peu envie de pleurer:) mieux vaut aller au Mitre!

Comments are closed.