Mai 68, sous Córdoba, la plage…

La situation en Argentine est critique. La fonction publique est partiellement en greve, la police vient juste de terminer une greve, et ma fac tient bon!!!!

Fer de lance de la fronde universitaire, la faculté de Córdoba n en reste pas moins la plus prestigieuse du pays, cependant, on se demande encore pour combien de temps. Je sors a peine d un cours, ou plutot d un “non cours”, ou le prof nous a fait un pladoyé de 20mns sur le bien fondé de la greve et l utilité d aller a la marche universitaire de demain. Arrangant (masi pas arrogant) la foule de tout son charisme, le professeur a commencé a succiter l exitation des eleves. Certains pour la greve, d autre contre, la minorité indifferente (je me situe dans le 3eme). Bref jusqu a vendredi, jour de l assemblee generale, tout est suspendu. Ca me laisse une semaine de plus pour bosser trouver un logement.
Aujourd hui, nous nous sommes pris echec sur echec avec Marion, on a meme visité un taudis sans nom. Malgré tout je suis remonté a bloc. En effet, j ai touché le fond du gouffre hier soir (detail dans qq jours, mais j ai quand meme une perso de 77 ans a l hosto sur la conscience). Bref, tout ne peut que s ameliorer. Je vous concocte un petit billet croustillant pour bientot.
A+ Remi

This entry was posted in Argentine. Bookmark the permalink.

2 Responses to Mai 68, sous Córdoba, la plage…

  1. Charlotte says:

    Ou la la, plus je lis ton blog plus, j’ai peur pour toi!
    Tu envoies les vieux à l’hôpital? J’ai hâte de savoir la suite.
    Bisous et bon courage quand même.

  2. Erwan says:

    Moi je trouve que Rémi a bien choisi sa fac! Si cela se trouve il a déjà son semestre!!! Salauuuuuud! ;-)

Comments are closed.