Descente de l’Amazone

Voilà c’est le grand jour, j’embarque ce soir sur un bateau de marchandise, le “Victor Manuel” afin de descendre pendant trois jours l’Amazone jusqu’au port Colombien de Leticia. J’ai vu le bateau ça va être le sketch. Ça ressemble à un bateau type “mort sur le Nil” sauf qu’il n’y a que la plèbe dans celui-là. Ça va être folklo. Je vais être sur le “qui vive” pour pas me faire voler mes trucs car visiblement c’est le principal risque du voyage. Je vais donc avoir 3 jours pour méditer sur la condition humaine (qui ne doit pas être très belle dans le bateau). Puis je vous recontacte quand j’arrive pour vous livrer le fruit de mes pensées…
This entry was posted in Pérou. Bookmark the permalink.

5 Responses to Descente de l’Amazone

  1. Elan s. says:

    Merci de nous faire partager tes experience! C’est de la balle!! Tes photos sont magnifique, tu comptes publier un livre avec photo à ton retour?

    bonne navigation et bon courage pour la suite de ton voyage! (Et bonne reflexion…)

    Elan s.

  2. Patrick says:

    Super voyage

  3. Christian et Sylvie Dus. says:

    Cher Filleul, cher Rémi
    Tu n’es pas Artur Rimbaud, non…quoique ton expédition sur le fleuve pourrait nous y faire penser.
    Mais, Garde toi, oh Oui, des "Fleuves Impassibles". Assis sur la molesquine fatiguée de la banquette du vieux navire, regarde et impregne toi de ce que tu verras au fil de l’eau et autour de toi, de qui te feras rire, de ce qui t’étreindras, garde ces images et fais en sorte de nous les restituer à la manière de Jack London.
    Nous pensons que tu as quelques talents pour écrire.
    Salut filleul, raconte nous l’Amazone !
    CS

  4. Christian et Sylvie Dus. says:

    Correction du texte précédent :

    Mais garde-toi, oh Oui des "fleuves impassibles". Assis sur la molesquine fatiguée de ton vieux raffiot, regarde et imprègne toi de ce que tu verras au fil de l’eau et autour de toi, de ce qui te fera rire, de ce qui t’ éteindras, garde toutes ces images dans tes prunelles et fais en sorte de nous les restituer à la manière de Jack London.

  5. Christian et Sylvie Dus. says:

    on n’arrive jamais à bien se relire :

    …de ce qui t’ étreindra…

Comments are closed.